vendredi 24 mai 2019

Ressemblance familiale

   Ulrich Collette, photographe québécois, se questionne sur l'identité et la famille. Il présente "un travail de recherche photographique sur les ressemblances génétiques entre membres de la même famille" depuis 10 ans. Le portrait final est composé de deux moitiés de visage appartenant à deux membres proches d'une même famille. Le résultat est surprenant, époustouflant, les liens familiaux deviennent visibles.
   L'héritage génétique ne peut être refusé!

(à suivre aussi sur instagram: Genetics Portraits)

dimanche 12 mai 2019

#Genealogix ou comment je suis tombée dans la généalogie toute petite ! Episode 16


 Christelle, 11 ans, la généalogie : une passion immédiate
Au détour d’un magazine
Comment Christelle est-elle tombée dans la généalogie toute petite, elle ne s’en souvient plus avec certitude. Dans sa famille, personne ne s’intéresse à la généalogie. Elle se souvient toutefois, d’un arbre généalogique à remplir, trouvé dans un magazine…  Ce qui est sûr c’est que la petite fille a tout de suite sollicité sa maman pour l’aider à le remplir.
Sa maman lui explique que les informations se trouvent dans les mairies et comment y faire des recherches. Christelle la tarabuste jusqu’à ce qu’elle l’emmène dans les mairies.  Elles ont la chance d’habiter dans la Nièvre, la région d’origine de sa grand-mère paternelle. Sa maman la conduit donc dans les mairies dans un rayon de 15 km. Elles écrivent ensemble des lettres pour les mairies les plus éloignées.

Et voilà, comment, une petite fille de 11 ans, curieuse et tenace, entourée d’une maman attentive, se découvre une passion !

« Et puis voilà, j’ai tout de suite accroché et je n’ai jamais lâché le morceau ! »
Pendant les vacances scolaires, Maman l’emmène de mairie en mairie, au début elle accompagne sa fille puis, très vite elle la dépose et revient la chercher à la fermeture de la mairie. Et ce jusqu’à que Christelle passe son permis de conduire !


Une petite fille organisée
Méthodiquement, la jeune adolescente organise son travail : elle crée un modèle de fiches papier, classe les photocopies d’actes et transcrit ses recherches sur des roues ascendantes dessinées par Maman. C’est aussi Maman qui lui offre au début des années 2000 son premier logiciel. Christelle troque son organisation manuelle pour l’informatique. Les premières années, Christelle se concentre sur les recherches « faciles » à portée de main, cette nouvelle méthode de travail lui donne un nouvel élan et la motive à étendre ses recherches sur d’autres branches. Puis, après avec l’arrivée d’Internet Christelle commence à entrer en contact avec des cousins éloignés qui lui apportent des renseignements nouveaux…
Vacances généalogiques en famille


Christelle se souvient avec émotion de vacances avec ses parents, en Auvergne, région natale de la grand-mère paternelle de sa mère. Sa maman s’identifie beaucoup à la région de cette grand-mère dont elle se sent proche. La famille profite donc de ce séjour pour visiter les villages de ses ancêtres. C’est l’occasion de rencontres et de moments improbables comme ce maire qui leur ouvre la mairie un dimanche !

Quelques années plus tard, Christelle les emmène au Portugal sur les traces de son grand-père paternel qui est né là-bas…
Mais c’est surtout avec un cousin de sa mère que Christelle explore les régions de leurs ancêtres. Pendant des années, pour les vacances d’été, ils choisissent des régions généalogiquement intéressantes, en lien avec la famille pour pouvoir allier journées aux archives et visites des petits villages.  


Quand la famille s'agrandit

Lorsque que Christelle devient à son tour Maman, elle s’intéresse bien évidemment à la branche paternelle de son fils. Elle s’attaque à des recherches dans une nouvelle région où elle habite désormais mais qu’elle ne connaît pas aussi bien que sa région natale. Lors d’un salon de généalogie, elle se rapproche alors d’une association locale dont elle est désormais membre. Elle participe régulièrement à leurs activités et s’appuie sur leurs connaissances et leurs instruments de recherche pour compléter l’arbre de son Sosa n°1.

La généalogie une passion qui se partage
Christelle prend goût à l’échange avec des passionnés comme elle. Elle souhaite entrer dans la communauté des généalogistes, au-delà de son cercle de connaissances. C’est décidé, elle se lance et ouvre son blog en octobre 2018 et crée son compte Twitter : elle fait désormais partie de la twittosphère et de la blogosphère des passionnés de généalogie ! Le blog est pour elle un moyen de valoriser son travail mais surtout d’échanger autour de ses découvertes avec des connaisseurs et puis, pour participer au challenge A à Z qu’elle suivait en tant que lectrice jusque-là. De la matière à publier, Christelle en a, après tout, elle a des années de trouvailles à partager ! Mais n’est-ce pas aussi un autre moyen de présenter sa généalogie ? Même si ce n’est pas ce qui a motivé Christelle pour la création de son blog, quelques membres de la famille le lisent, à commencer par Maman qui parfois lui en parle…
La généalogie un virus contagieux ?

« J’ai une cousine de ma mère qui est généalogiste aussi et donc qui va le lire et j’ai ma belle-sœur, la copine de mon frère, qui fait partie de mes grandes lectrices aussi. Et j’ai même réussi à la contaminer avec la généalogie, j’ai l’impression : elle a commencé et elle a l’air de bien accrocher ! »

Retrouvez Christelle sur son blog autant de nos ancêtres et échangez avec elle sur Twitter @ChristelleGome5

mercredi 8 mai 2019

La famille, royal sujet!


  Parfois l'actualité nous facilite l'apprentissage de la généalogie avec les jeunes. Un mariage ou une naissance dans la famille royale britannique est une occasion en or! Tous les médias en parlent avec force détails, photos, rappels historiques et souvent généalogiques, notamment sur la place du nouveau-né dans la succession au trône. Une aubaine à saisir pour mettre à plat un arbre, expliquer les générations, les liens familiaux de cette famille connue dont les renseignements sont aisés à trouver d'un clic. Et comparer avec sa propre famille, sûrement moins célèbre mais tout aussi intéressante.
   Bienvenue Archie… et merci de ta collaboration!

(photo disponible sur le compte instagram The Royal Family)

vendredi 3 mai 2019

Le mur des ancêtres

   La lecture de Y a pas de héros dans ma famille! nous avait particulièrement plu. Nous en avions retenu notamment cette idée touchante d'afficher des photos de famille sur un mur afin d'en découvrir les membres et leur héroïsme quotidien.
   Dans un atelier/club de généalogie avec des jeunes il est possible de fabriquer ce mur d'ancêtres rapidement et à peu de frais. Commencez par vous, l'adulte généalogiste: sélectionnez quelques photos de votre propre famille, photocopiez-les, notez les prénoms des personnes en marge de la photo et accrochez-les sur un mur. Proposez aux jeunes de faire la même démarche. Ils seront d'abord amusés puis, après quelques hésitations, ravis d'apporter leur sélection et de la partager avec les autres membres de l'atelier/club.
   Il est conseillé de n'inscrire que les prénoms ainsi personne ne peut reconnaître les familles, ce qui évite d'éventuelles paroles déplacées d'autres jeunes utilisant la même salle. La famille peut être un sujet explosif s'il est traité avec désinvolture.
   Voir leurs photos affichées déclenche une certaine fierté chez les jeunes et leur permet de s'approprier certains visages qu'ils n'ont pas connus. Mélanger les photos de chacun sur un même espace facilite l'impression ressentie par les membres de l'atelier/club de partager une même expérience et de former un clan, voire une famille…

(merci aux membres de l'atelier généalogie du collège Pierre de la Ramée de St Quentin 02 pour cette belle réalisation, en perpétuel développement)

samedi 20 avril 2019

Recherches jusqu'à la source

   L'auteure, Olivia Burton, part à la recherche de son aïeul l'explorateur anglais Richard Francis Burton. Elle visite les endroits qu'il fréquentait, se passionne pour sa vie et organise même un voyage jusqu'aux sources du Nil pour mieux le comprendre et lui rendre hommage. Elle sent sa présence à chaque instant, il l'inspire et l'aide à prendre des décisions.
   Ce récit bourré d'humour et d'autodérision est magnifiquement servi par le dessin de Mahi Grand, expressif, fluide, dépaysant et joyeux.
   Beaucoup d'émotions, de réflexions sur l'identité, la quête des origines, la revendication d'appartenance à une partie de la famille, l'héritage spirituel…
   Une BD parfaite pour donner l'envie de découvrir ses ancêtres!

Un anglais dans mon arbre, de Olivia Burton et Mahi Grand, aux éditions Denoël Graphic, 2019

vendredi 12 avril 2019

Famille en poésie



   Une petite fille découvre que son grand-père maternel, espagnol, n'est pas son "vrai" grand-père. "J'ai neuf ans et je me demande comment on peut vivre avec une branche en moins dans son arbre."
   Elle s'interroge alors sur la raison du départ à Cuba, imagine sa vie là-bas, comprend le manque ressenti par sa grand-mère durant toute sa vie et par sa mère née après le départ, se demande pourquoi il n'est jamais revenu… L'auteure se questionne sur son lien avec lui ainsi que sur ses origines et ses langues française et espagnole parlées, rêvées, parfois oubliées…
   Un recueil de poésie, abordable par des lecteurs adolescents, empli de tendresse et de réflexions sur les liens familiaux même avec les absents.

Sans Abuelo Petite, de Cécile Guivarch, aux éditions Les Carnets du Dessert de Lune, 2017

vendredi 5 avril 2019

La prise de notes

   Le premier conseil à donner au jeune qui commence son arbre généalogique est d'interroger parents, grands-parents, tout membre de la famille qui peut se souvenir et accepte de raconter. Ecouter et noter. Ecouter avec attention et tout noter avec précision en sachant qu'un petit détail pourra peut-être un jour se transformer en indice et apporter une piste, un lieu, un prénom et débloquer une branche.

Cela donne parfois des résultats étonnants, voire surréalistes, comme cet arbre de descendance sans aucun patronyme ni date ni lieu. Mais dans un souci de clarté les personnes connues de la jeune généalogiste sont surlignées et le couple d'ascendants commun est reconnaissable grâce au petit cœur qui le réunit… 
   Voilà un début d'arbre plein de promesses, à garder précieusement!

(merci à Clara pour ce partage, on se retrouvera dans quelques années pour un épisode de #Genealogix...)