dimanche 20 octobre 2019

#Genealogix ou comment je suis tombée dans la généalogie toute petite ! Episode 17


Siloé, 10 ans, J’apprends la généalogie avec ma grand-mère
"Je suis allée à la mairie de Gilhoc avec Mizon (ma grand-mère) pour consulter les archives de l’état civil. J’ai appris comment faire pour retrouver ses ancêtres dans les archives.
La secrétaire de mairie nous a montré de gros livres très très vieux, écrits à la plume. Ceux-là, on n’avait pas le droit de les toucher pour ne pas les abîmer. Le plus ancien avait une couverture en cuir, un peu trouée."
C’est ainsi que Siloé raconte dans le petit journal familial, ses premiers pas dans la généalogie. Elle décrit ensuite les documents qu’elle a découvert avec sa grand-mère et la méthodologie qu’elle lui a enseigné.

Premiers pas, premières découvertes

 « Dans le registre des naissances de 1903 à 1912, j’ai trouvé la naissance de Marie Léa Adrienne Dumas, mon arrière-grand-mère. En fait on l’appelait « Jeanne », c’est bizarre. 
J’ai lu que son père s’appelait Pierre Reymond et qu’il avait 44 ans, et que sa mère s’appelait Marie Nancy Léonie Lafaurie et avait 37 ans.
Alors j’ai pu calculer leur année de naissance :
1903 - 44 = 1859  et  1903 - 37 = 1866.

Je n’ai pas trouvé Reymond en 1859 mais en 1858, en cherchant dans les Tables Décennales (liste des naissances, mariages ou décès pendant 10 ans, avec juste les noms et les dates). Et sur son acte de naissance, j’ai vu que son père, Jacques Dumas ne savait pas signer. La grand-mère de Mizon, elle, savait bien signer puisqu’elle a eu son certificat d’études en 1881.
Dans l’acte de mariage de Jeanne avec mon arrière-grand-père Samuel Pont, en 1931, j’ai découvert un drôle de métier, celui du frère de Samuel, Charles qui était son témoin : menuisier de voitures. Les voitures et leurs tableaux de bord n’étaient pas encore en plastique.
Mon arrière-grand-mère « Jeanne » était majeure quand elle s’est mariée. A cette époque, la majorité était à 21 ans. Elle est à 18 ans depuis le 5 juillet 1974 (j’ai cherché sur Google). J’ai lu aussi qu’ils n’avaient pas signé de contrat de mariage. »

Du vocabulaire nouveau 

« J’ai appris quelques signes utilisés dans les registres : Septembre : 7bre, Octobre : 8bre, Novembre : 9bre, Décembre : Xbre
J’ai appris le mot « feu » (au féminin «feue») qui veut dire décédé-e.
Dans le logiciel Heredis, N veut dire naissance, M :  mariageécritures des mois, D :  décès.
On peut aussi utiliser les signes : ° = naissance, X = mariage, † = décès
Je connaissais les signes : = (égal), (différent), et j’ai appris : (environ) »
 
De la graine de #genealogix
 « J’ai bien aimé, ça me donne envie de continuer… »  
 A n’en pas douter, Siloé va devenir une généalogiste avertie d’ici peu !
En attendant, Siloé a entrepris d’illustrer avec de forts jolis dessins à l’aquarelle, les histoires de famille que sa grand-mère rédige à l’attention de ses 7 petits-enfants.

samedi 12 octobre 2019

Noter les liens



   Des petits livres à remplir à deux, pour décliner les liens entre les parents et l'enfant. Plusieurs versions existent ainsi qu'une avec les grands-parents. On se souvient ensemble, on échange, on partage, on se confie, un peu, on rit aussi. Chaque artiste nous emporte dans son univers. C'est joyeux, coloré, plein d'humour, idéal pour passer des bons moments de complicité.

Telle mère telle fille? Tel père telle fille? Telle mère tel fils? Tel père tel fils? Papi mamie et moi! aux éditions Minus, 2019
Imprimé en France sur du papier issu de forêts labellisées FSC avec des encres végétales… de bonnes raisons supplémentaires pour les acheter!