jeudi 17 mai 2018

#Genealogix ou comment je suis tombé(e) dans la généalogie tout petit ! Episode 8


Pourquoi s’inscrire au club de généalogie de son collège, florilège de témoignages d’élèves
La généalogie comme outil pédagogique
Dans certains collèges, des professeurs, des conseillers d’éducation, aidés parfois de bénévoles d’associations, organisent des séances en dehors des heures de cours, souvent pendant l’heure du déjeuner. La généalogie à l’école est un outil pédagogique de plus en plus reconnu par les professionnels encadrant des enfants, mais comment cette activité qui se doit d’être aussi ludique est-elle perçue par les élèves ?
Pourquoi choisir de s’inscrire au club de généalogie de son collège ? 
Voici quelques réflexions et impressions écrites par des élèves de collège après une ou plusieurs années de club généalogie.

Besoin de réponses, curiosité sur sa famille
Marlène, élève de 6ème - Mes fleurs généalogiques : « Je suis venue parce que je voulais savoir qui étaient mes ancêtres et en savoir plus sur ma famille. Par exemple, je ne savais pas qui étaient mes arrière-grands-parents et maintenant je sais presque tout sur eux. »
Joy, élève de 6ème – Sur les traces de mes ancêtres : « J’ai eu envie de faire de la généalogie parce que cela avait l’air bien de découvrir qui étaient nos ancêtres et où ils ont vécu. J’ai appris comment envoyer des lettres à des mairies pour demander des actes de naissance. »
Arnaud, élève de 5ème – Professionnel de la généalogie de sa famille : « J’ai fait de la généalogie pour voir ce que c’était. Au début, ça a été facile (les parents, les grands-parents…) et ça ne m’a pas trop intéressé. Mais voilà que je suis allé assez loin dans mes recherches et que ça devenait de plus en plus dur : ça a commencé à me plaire et j’y ai pris goût. »
Marie, élève de 5ème : « Ce que je suis venue apprendre, ce sont mes ancêtres. Et ça a marché !!! J’ai découvert que je suis d’origine polonaise, et que mon arrière-grand-mère avait travaillé comme institutrice et comme boulangère. »

Se faire des copines
Mathilde, élève de 4ème – Vive la généalogie entre amies : « Cette année, j’ai cherché les cousins de ma famille (et ils sont nombreux !). J’avais déjà retrouvé mes ancêtres (remarquez, il m’en manque pas mal), car c’est ma deuxième année. Au cours de cette année, mes amies m’ont accompagnée, on s’aidait et on rigolait bien. Lors de la fabrication de l’arbre, on s’est bien marrées ! L’année dernière, j’avais fait un volcan (enfin, je l’avais dessiné !) et cette année, je me suis mise aux 3D (c’est trois fois plus dur !). J’ai fabriqué un arbre à fleurs qui au début, tombait. Mais j’ai fini par trouver un moyen pour le faire tenir debout ! »
Sur les conseils de la famille
Emilie, élève de 6ème – A la suite de ma sœur : « J’ai eu envie de m’inscrire au club généalogie parce que ma sœur m’en avait parlé et que je voulais continuer les recherches qu’elle avait commencées. Et puis, c’est intéressant de savoir qui étaient mes ancêtres et quels étaient leurs métiers. »
Michel, élève de 5ème - La généalogie de Michel : « J’ai décidé de faire le club de généalogie car mon frère avait déjà commencé : il m’avait montré et cela m’avait intéressé. »
Niamh, élève de 6ème – Mon année de généalogie : « Ma famille, surtout mon père m’a conseillé de faire de la généalogie et je ne savais pas trop si je devais le faire ou pas. […] J’ai appris ce que veulent dire mon nom et mon prénom. J’ai reçu plusieurs actes de naissance et de mariage. »
Juste pour voir…
Johanna, élève de 6ème : « D’abord, je suis venue pour voir. Je suis restée parce que c’était intéressant de retrouver mes ancêtres et leur pays d’origine. Mes parents et mes grands-parents m’ont aidée pour les premiers renseignements. J’ai découvert que ma grand-mère n’était pas née à Capesterre-Belle-Eau mais à Pointe-à-Pitre. »
Et pourquoi pas ? 
Paul, élève de 5ème : « J’ai décidé de faire généalogie car je ne savais pas quoi faire le vendredi midi. Pour ce qui est des recherches, je suis plutôt satisfait car j’ai pu remonter jusqu’en 1770… De plus l’ambiance est plutôt pas mal ». 
Avant de retrouver dans les prochaines semaines d’autres témoignages d’élèves, nous donnerons le mot de la fin à Paul : « Donc si vous n’avez rien à faire le vendredi midi, venez au club généalogie ! »


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire