mardi 12 mars 2019

#Genealogix ou comment je suis tombée dans la généalogie toute petite ! Episode 15


Mathilde, des souvenirs familiaux à la généalogie, il n’y a qu’un pas… de danse !

Nous avons vu dans de précédents épisodes de #genealogix, que le manque de liens familiaux, l’absence de souvenirs, les non-dits sont des raisons profondes de se lancer dans la généalogie : pour combler un vide, répondre à des questions sur sa propre origine, permettre de se reconstruire ou de lever le voile sur des mystères qui transmettent parfois un mal-être sur plusieurs générations.

Dans le cas de « la voleuse de souvenirs » à l’inverse, c’est la transmission orale d’anecdotes et de souvenirs familiaux sur 10 générations qui a amené l’auteure Marie-Odile Mergnac et sa fille à se pencher sur ces ancêtres à la fois lointains et si familiers.

Dès son enfance, Mathilde est bercée par les contes familiaux. Un séjour chez ses grands-parents ou un voyage dans une région où ont vécu ses ancêtres sont autant d’occasion pour sa Maman généalogiste passionnée, de partager les anecdotes de famille, de raconter les vies pleines de rebondissements de leurs aïeux.

Le sabre prussien, trophée de la Guerre de 1870 d’un arrière-arrière-grand-père, le souvenir d’une aïeule bachelière et conductrice d’une auto à une époque où cela faisait scandale, la fugue d’un jeune garçon de 15 ans qui rejoint sur un coup de cœur, les troupes napoléoniennes et qui ne reviendra que 10 ans plus tard… sont de fantastiques récits d’aventure.

Mathilde est fascinée par la vie passionnante de ces personnages… qui sont ses ancêtres !

Le travail de recherches généalogiques a déjà été fait par sa Maman. Il est vrai que lorsque l’on a la chance d’avoir des grands-parents, une arrière-grand-mère ou une grande tante qui aiment raconter leurs souvenirs et ceux que leur avaient racontés leurs propres grands-parents, cela donne envie d’en savoir plus et de faire sa généalogie.

Mathilde a elle aussi, envie de creuser, de perpétuer les récits et de donner vie à ces personnes : « l’histoire ne s’explore pas qu’à travers les livres mais aussi en se replongeant dans l’époque et le vécu de ses ancêtres. La généalogie n’est pas qu’un entassement de noms, il est passionnant de découvrir la bâtisse où ils ont vécu, avec qui, dans quelle époque… et de comprendre le contexte historique, social et culturel. »

Vous connaissiez déjà peut-être Mathilde derrière le petit écran pour la vidéo du vendredi d'Archives & Culture véritables tutos généalogiques présentés avec humour.

Telle une « Voleuse de souvenirs », Mathilde nous prend désormais par la main et nous entraîne sur des airs de musique, à la rencontre de ses ancêtres.

La pièce que Mathilde nous propose vendredi 15 mars à 19h30 à l'occasion du Salon de généalogie de Paris 15 est la suite logique de la mini représentation de 15 minutes, créée pour les élèves des classes de primaire qui ont participé à la matinée scolaire 2018 pour leur faire comprendre les notions de généalogie et l’importance de la transmission de mémoire. Sous la forme d’une saynète, Mathilde leur présentait sur 7 générations, ses ancêtres, des figurants habillés pour la circonstance en costume d’époque (un poilu, un grognard, une belle dame…) avec une anecdote et le contexte historique.

Devant l’enthousiasme et l’intérêt des enfants, l’idée est née d’écrire et de jouer une pièce de théâtre d’une heure pour tout public pour déclencher l’envie de chercher, de raconter ou de poser des questions à ses grands-parents…

C’est une mission réussie : avec "La voleuse de souvenirs", les membres de l’association « les jeunes et la généalogie » qui ont eu la chance de découvrir la pièce en décembre, ont passé un moment délicieux pendant lequel la comédienne évoque en musique et sur quelques pas de danse les différentes générations de son arbre et refait vivre ses ancêtres à partir des souvenirs transmis sur 10 générations ! De quoi rendre fier un islandais ou un soudanais : il faut aller voir la pièce pour comprendre !

Réservez votre place pour la pièce « La voleuse de souvenirs ». Attention séance unique le vendredi 15 mars de 19h30 !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire